ASSISES 2017

Facebook fait les yeux doux aux journalistes


07/04/2017
JULIETTE JULIETTE HAY

En Italie, vendredi 7 avril 2017, Facebook présentait sa palette de nouveaux outils à destination des médias lors du festival international du journalisme de Perugia. Partenaire de l’événement, le géant du net y met en avant ses initiatives pour endiguer les fake news et faciliter le travail des journalistes en leur dédiant des services spécifiques.



Facebook fait les yeux doux aux journalistes, crédit Juliette Hay
Facebook fait les yeux doux aux journalistes, crédit Juliette Hay
« Facebook veut faciliter le travail des journalistes en leur donnant des clés. Mais vous restez les experts sur le terrain ». Voilà la phrase que n’a cessé d’asséner Sarah Brown, responsable des partenariats stratégiques chez Facebook et ancienne journaliste de CNN. Le réseau social est à Perugia en « opération séduction » pour promouvoir ses services et redorer son image auprès de la profession. Accusé ces derniers mois de favoriser la propagation de fausses rumeurs ou de capter une trop grande part de la chaîne de valeur de l’information, le réseau social peut désormais s’appuyer sur une équipe de communication déterminée à apaiser les relations avec le secteur médiatique. La présentation de ses nouveaux outils était  donc la meilleure manière pour Facebook de montrer sa volonté de se montrer « responsable et transparent », via sa nouvelle « plateforme journalistique ».

Lutter contre les fake news

A partir d’aujourd’hui, et ce durant trois jours, le réseau social va déployer « un visuel d’avertissement » afin d’aider les utilisateurs à détecter les fake news. Le module sera disposé en haut de la page d’accueil du réseau social et redirigera les internautes vers un espace de conseils pour lutter contre la prolifération de mauvaises informations dans quatorze pays, dont la France : « Le but de cette opération est de marquer les esprits et de montrer les nouvelles ambitions de Facebook » selon Sarah Brown. 
Ces nouveautés émergent quelques mois après d’autres initiatives lancées par le réseau de Mark Zuckerberg, s’inscrivant déjà dans une dynamique de lutte contre les fake news. En janvier, Facebook lançait le Facebook Journalism Project, un programme pour accroître la collaboration avec les médias. En février, le réseau a ouvert la possibilité aux utilisateurs de signaler des informations douteuses sur une plateforme affiliée à huit médias partenaires dont Le Monde, l’AFP ou Libération. Critiqué il y a encore quelques semaines au vue du faible rendement d’articles fact-checkés depuis le lancement du processus, Facebook a annoncé hier au Financial Times « être prêt à rémunérer les fact-checkers avec qui il collabore ». Il s’agit là du premier pas du réseau social pour formaliser sa relation avec des systèmes de fact-checking.

Des outils au service des journalistes

CrowdtangleSignalPage InsightsFacebook n’en finit pas de proposer ses nouveaux services aux médias. Rachetée en novembre 2016, la start-up CrowdTangle  propose une palette d’outils permettant de repérer et de suivre les contenus qui enflamment les réseaux sociaux. Ces derniers sont en effet largement utilisés par les social media editors pour repérer les contenus qui font le buzz et leur fournir des statistiques  en temps réel. Ils permettent également d’anticiper les sujets, thématiques et vidéos qui montent sur les différents réseaux comme TwitterInstagram ou Youtube, par un système de veille et de recherche par mots-clés. La palette d’outils étoffée permet aussi de suivre la propagation de leurs contenus et même d’identifier les internautes qualifiés d’influenceurs.
Depuis plusieurs mois, les équipes de Crowdtangle parcourent ainsi  différentes newsroom  locales et nationales afin de présenter l’application et la promouvoir : «Nous voulons apprendre à optimiser la diffusion d’information, mais aussi de proposer aux rédactions un panel de formats et de médias, auxquelles elles n’avaient pas accès », pour Brandon Silvermann, créateur de CrowdTangle. Outre sa nouvelle acquisition, Facebook a également promu la possibilité pour les journalistes de séparer leur compte personnel et professionnel, de nouveaux formats de vidéos en direct et de rédaction d’articles et de notes. En bref, Facebook  affiche durant ces quelques jours une image contraire aux critiques qui l’ont atteint ces dernières semaines : initiatives contre le fack-checking, remise en question de sa transparence…du moins en apparence.

Lu 27 fois
Notez




Dans la même rubrique :
< >





Derniers tweets
Plus que 10 jours pour s'inscrire au concours d'entrée @EJDGrenoble ! Pour pratiquer les nouveaux formats, mais aussi les interroger!
Vendredi 14 Avril - 09:05
RT @david_unal: La team @EJDGrenoble sur le retour de Perugia. Fin du @journalismfest. C'était grandiose! #ijf17 https://t.co/i7Zv86UERW
Dimanche 9 Avril - 18:39
Merci de nous avoir suivi cette semaine à #ijf17! D'autres articles et vidéos à venir: trolling, sur la protection… https://t.co/dmh2TuzqfJ
Dimanche 9 Avril - 18:37