Zooms

Spicee : « Vice avec la vertu »


09/03/2016
Gwendoline Colliard

Spicee est le seul média français de vidéos de grands reportages uniquement sur Internet. La start-up est souvent comparée à l'Américain Vice pour ses thèmes insolites. À tort ?



La start-up française a lancé sa version anglaise le 8 mars dernier, pour célébrer la journée internationale des droits de la femme. / © capture d'écran du site
La start-up française a lancé sa version anglaise le 8 mars dernier, pour célébrer la journée internationale des droits de la femme. / © capture d'écran du site
« Spicee se rêve en Vice payant à la française. » C'est par cette phrase que LesÉchos.fr   ont introduit le premier pure player de l'hexagone 100 % digital en juin dernier. Par ses sujets décalés, le petit nouveau du paysage médiatique français fait en effet penser au géant américain de l'information underground.

Chacun d'eux se distingue également par la place qu'ils accordent à l'innovation dans leurs pratiques. Spicee propose par exemple différents formats, allant de 5 à 52 minutes, selon le temps que l'on souhaite accorder au visionnage d'une vidéo. Le média français s'est également investi au côté du journaliste Thomas Sotto, autour de la rubrique "Conspi Hunter", pour lutter contre les théories du complot auprès des enfants. Quant à Vice, sa branche géopolitique Vice News a travaillé avec Spike Jonze et Chris Milk sur la réalisation d'un reportage en réalité virtuelle : "VICE News VR: Millions Marche".

Mais Antoine Robin, président et co-fondateur de Spicee, ne le voit pas sous cet angle. « Nous n'avons pas le même modèle économique », argumente-t-il. Le Français est plus proche de Médiapart : aucune publicité et les contenus sont accessibles par abonnement. Alors que Vice, lui, est gratuit et vit de la publicité, ce qui, selon le président de la start-up française, ne leur permet pas de traiter certains thèmes : « Des sujets comme le conspirationnisme seraient difficiles pour Vice, car ils n'ont pas notre indépendance. »

Au-delà de cette différence majeure, Spicee se voit comme un « Vice, mais avec la vertu ». « Eux sont dans la course au clic » constate Antoine Robin, avec des thèmes racoleurs. « Notre mission à nous, c'est de regarder ce qu'il se passe à travers le monde, d'aller chercher d'autres formes d'expressions. »

Pourtant, on y retrouve des sujets similaires. Les deux médias ont, par exemple, chacun présenté leur reportage en immersion dans un groupe djihadiste : The Islamic State   par Vice News – la branche géopolitique de Vice – diffusé en août 2014 ; Syrie : les escadrons du djihad   par Spicee, publié un an plus tard. « Chez Vice, c'est de la communication, rétorque Antoine Robin. Il n'y a pas de mise à distance alors que le nôtre est plus commenté. »

Tout le monde n'est pas de cet avis

Ce fossé qui existerait entre les deux médias ne semble pourtant pas évident pour certains. Pierre Bruggisser, 21 ans, est à la fois abonné à Spicee et suit les publications de Vice. « Les deux médias se ressemblent fortement, selon lui. La manière de traiter les sujets est similaire. » Il préfère toutefois le site français. Son point fort : « Le fait que le reportage ne se termine qu'après avoir traité l'ensemble des points liés à la question abordée. » Selon lui, Spicee bouscule le paysage médiatique actuel, et « d'ici trois ans, on ne traitera plus de sujets sans le citer ».

Il pense aussi que l'indépendance de Spicee attire les spectateurs. « Ils en ont marre d'entendre toujours les mêmes choses sur les chaînes de télévision. Avec ce média, on peut regarder des enquêtes qu'on ne trouvera pas ailleurs. » Et c'est bien ce que cherche Antoine Robin. « La télévision commence à faire des choses sur la France. Alors nous offrons principalement du grand reportage, c'est-à-dire à l'étranger. »

Fort de ses quelque 10 000 utilisateurs – abonnés ou non – après neuf mois d'existence, la start-up française ne s'arrête pas là. Depuis le 8 mars, la version anglaise de Spicee est lancée. Il reste encore l'espagnol et l'arabe sur la table. Cela fait penser aux multiples éditions de Vice... Un pas pour le concurrencer sur la scène internationale ?

Lu 450 fois
Notez




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 19 Mars 2017 - 10:13 Brut, un média 2.0


Nouveau commentaire :
Twitter






Derniers tweets
Plus que 10 jours pour s'inscrire au concours d'entrée @EJDGrenoble ! Pour pratiquer les nouveaux formats, mais aussi les interroger!
Vendredi 14 Avril - 09:05
RT @david_unal: La team @EJDGrenoble sur le retour de Perugia. Fin du @journalismfest. C'était grandiose! #ijf17 https://t.co/i7Zv86UERW
Dimanche 9 Avril - 18:39
Merci de nous avoir suivi cette semaine à #ijf17! D'autres articles et vidéos à venir: trolling, sur la protection… https://t.co/dmh2TuzqfJ
Dimanche 9 Avril - 18:37